Eric Kuntz, Pierrick Bourgault et Christophe Tanguy

Tournée des expos et conversations de comptoir

Expositions
Samedi 26 septembre à 15h00
Le Bistrot de Juliette (86 rue de Wattignies)
Au Bon Coin (40 rue Claude Decaen)
Payuss (77 rue Claude Decaen)
Samedi 3 octobre à 15h00
Le Bistrot de Juliette (86 rue de Wattignies)
Au Bon Coin (40 rue Claude Decaen)
Payuss (77 rue Claude Decaen)
Durée
1h15
Après un bon déjeuner préparé par Ali au Bistrot de Juliette, une promenade s’impose. C’est parti pour une visite itinérante des trois micro-expositions du festival, dans trois bars différents. On retrouve l’univers rock et Beat Generation d’Eric Kuntz, auteur de l’affiche de « Tournée Générale ». On découvre l’exposition "Bistrots du monde" de Pierrick Bourgault, photographe et auteur de nombreux livres sur les cafés. Enfin, on s’arrête le temps d’un café ou deux devant les toiles vives et naïves de Christophe Tanguy alias « Le bohémien des rues ». Eric Kuntz, Pierrick Bourgault et Christophe Tanguy invitent l’imaginaire et l’ailleurs au cœur du 12ème arrondissement. Remerciements à Leroy Merlin pour le don de cadres

Remerciements à Leroy Merlin Daumesnil pour le don de cadres présents au Payuss.

Les artistes

Pierrick Bourgault
Pierrick Bourgault raconte et photographie les cafés et bistrots du monde. Il aime écouter, observer et décrire avec la lumière du lieu et de l’instant, montrer l’univers d’une personne, d'un groupe. Cette exposition rend hommage à ces lieux indispensables à la qualité de la vie, à celles et ceux qui les tiennent. Véritables bouillons de cultures, les cafés accueillent les conversations entre habitués et inconnus. Ils sont précieux pour l'expression des artistes et le spectacle vivant, ils offrent le chaînon manquant entre l'école de musique et les vastes salles de spectacle, ils accueillent des expositions, et même du théâtre ! Pour en savoir plus : www.monbar.net

Eric Kuntz
Les personnages d’Eric Kuntz ont la musique punk dans la peau. Faits de peu de choses – le plus souvent de traits à l’encre noir, et de quelques nappes de couleurs –, ils sont pleins des paradoxes de la culture rock et de la Beat Generation. Dans leur célébration de l’art et de la vie, il y a une mélancolie, une solitude qui les mènent à tous les excès. Ensemble, ils forment une population en marge. Rêveurs aux lignes claires mais aux pensées entremêlées, ils témoignent d’un humour noir qui confine à la caricature mais qui ne cesse d’y échapper. Eric Kuntz a l’art chevillé à la vie.

Christophe Tanguy
« Je suis le bohémien des rues. J'ai l’Art qui prend racine dans ma tête et sur mes toiles. J'aime jouer depuis plus de 50 ans avec la rue, les affiches, les gens, les choses, moi… Mon regard se pose sur tous les moments qui font la vie... Dans les villes comme dans les campagnes, à la montagne, comme à la mer, dans le ciel comme sous terre, je ne suis pas déraciné, je suis enraciné dans l’art et le respire et m’en inspire à chaque instant. Je joue avec le temps, les maux, les images, les mots. Je les déforme, les transformes, les reformes, au gré de mon imagination volage mais rarement oisive. Je n’ai pas, dans ma tête, une direction artistique définie je prends celle qui me mène, au loin, sur les chemins tel un vagabond, mais toujours au plus près de mon dessin, de mon art et surtout de mon destin ».